Conformément à la stratégie de développement adoptée par le fondateur, AGC a acquis son expérience avec comme premier cible le secteur de l'énergie. Cette expérience a été acquise au travers de projets réalisés seule, en association ou comme sous-traitant avec des bureaux internationaux.
Ainsi:

la période de 1990 à 1997


fut dominée par le développement de projets de réhabilitation avec comme projet phare les travaux de réparations d'urgences au complexe hydroélectrique d'Inga. AGC alors SAI était sous-traitant de la société ICM de Munich et des EEF (aujourd'hui Groupe E) de Suisse.
C'est au cours de cette période qu'un système spécial de réalisation des travaux de réhabilitation fut mis en place avec succès: travaux réalisés par le personnel du maître d'ouvrage sous l'encadrement et la supervision de l'ingénieur-conseil. Viendront depuis lors plusieurs autres projets de réhabilitation en production, transport et distribution

la période allant de 1998 à 2002


fut celle au cours de laquelle AGC alors SAI fut entraînée dans la réalisation de projets institutionnels dans le cadre d'un partenariat avec la SNEL (Société Nationale d'Electricité de la RDC), incluant la gestion déléguée d'une partie de l'exploitation de cette société. D'autres projets institutionnels ont été réalisés par la suite.


à partir de 2003


AGC s'embarque dans les projets de développement avec comme noyau de départ en République du Congo autour de projet de construction de la centrale hydroélectrique d'Imboulou et du réseau HT national incluant un dispatching national.
Pendant la même période, AGC a supervisé l'implantation de la centrale thermique diesel de Brazzaville (CTB) comprenant 10 groupes de 3,25 MW soit 32.5 MW au total.
Parallèlement, AGC est engagée comme ingénieur-conseil pour le programme d'électrification des départements (provinces) dans le cadre du programme gouvernemental de municipalisation accélérée de la République du Congo. il s'est agi de 5 départements électrifiés, pour la plupart parties du néant.

Pour la partie du programme de municipalisation réalisée avant la fin des travaux de la centrale d'Imboulou et du réseau national associé, le programme d'électrification supervisé par AGC avait comme sources d'alimentation des centrales diesel de puissance allant de 1 à 3 MW.

Par la suite, AGC va s'engager sur la planification du développement de l'hydroélectricité avec notamment le projet de développement de 69 sites hydroélectriques au Rwanda. Suivront plusieurs autres projets dans ce domaine jusqu'à ce jour.

Après que le secteur de l'énergie ait été maîtrisé, AGC a étendu ses activités dans d'autres secteurs des infrastructures notamment les routes, les bâtiments et l'adduction d'eau potable.

L'énergie solaire constitue la préoccupation récente d'AGC qui a créé une cellule spécialisée en attendant de s'engager sur d'autres types d'énergies renouvelables.